Les opérateurs historiques veulent intensifier la lutte contre les sites illégaux

loteries-europeennes

Les opérateurs historiques estiment que la lutte contre les opérateurs illégaux est inefficace.

Les marchés européens de régulation des jeux d’argent et de hasard en ligne ont fait de la lutte contre le blanchiment d’argent et les sites illégaux leur priorité. Néanmoins, cette « croisade » ne fait pas l’unanimité parmi certains opérateurs historiques. En effet, ces derniers, présents dans ce secteur concurrentiel depuis fort longtemps, sont particulièrement à même de constater les dérives et les incohérences qui sévissent dans le milieu. Et leur constat est sans appel : d’après eux, les moyens appliqués afin d’éradiquer ces deux fléaux ne seraient absolument pas adaptés.

Bref, si des efforts ont été fournis, il n’en reste pas moins que la Commission européenne semble galérer, notamment en ce qui concerne la répression, pour l’instant limitée à de simples messages publicitaires, diffusés sur les chaînes de télévision par satellite. Jugeant cette campagne trop « gentillette », ces opérateurs exigent l’application de mesures plus radicales, notamment en France, afin de lutter plus efficacement contre ces sites illégaux qui continuent pourtant à sévir sur Internet.

Les trois associations (l’European Lotteries, l’European Casino Association, et l’European Pari Mutuel Association) de ces opérateurs ont d’ailleurs fait part de leurs doutes au commissaire européen Michel Barnier, car elles estiment l’efficacité de ces spots télévisés de prévention faiblement convaincante. Elles ont également soulevé un autre problème : la politique de l’Europe, souvent peu en adéquation avec les spécificités du marché des jeux d’argent et de hasard en ligne.

Ainsi, si certains pays, comme la Belgique ou l’Italie, ont réussi à imposer le blocage des sites illégaux, grâce à la collaboration des fournisseurs d’accès à Internet, il n’en va pas de même pour tous les pays européens, dont la France. C’est pourquoi ces associations réclament une uniformisation de ces mesures. D’autant qu’une application rapide et efficace pourrait facilement être mise en oeuvre, via la libre (et commune) circulation d’une liste noire pour les sites interdits, et d’une liste blanche pour les sites agréés.

Avis des Joueurs