Machines à sous : les mythes et idées préconçues

Véritable tentation pour les amateurs de jeux d’argent qui espèrent toucher le fameux jackpot, les bandits manchots sont souvent fantasmés : on leur attribue régulièrement des capacités ou des possibilités que la plupart du temps ils ne possèdent pas… Ces nombreux mythes qui les entourent, et qui, pour certains, ont valeur de faits avérés tant ils sont répandus et banalisés, sont parfois à l’origine d’erreurs de jeu. Il était donc essentiel que nous y consacrions un article, afin de rétablir la vérité tout en démystifiant les principaux fantasmes et idées reçues qui courent sur le sujet ! Bref, vous ne verrez plus les machines à sous virtuelles comme avant…

Machine à sous chaude VS machine à sous froide

firestorm-7-rival

Une machine à sous n’est ni « chaude » ni « froide », c’est le hasard qui décide…

Ici et là, vous avez sans doute pu constater que certains joueurs passionnés classaient souvent les machines à sous en deux catégories : les chaudes et les froides. Nulle référence à leur température intérieure ou extérieure… il s’agirait simplement de deux stades par lesquels passeraient régulièrement chaque bandit manchot, en fonction de leurs versements précédents. Une machine chaude étant une machine qui n’a pas reversé depuis longtemps un jackpot (certains considérant que la probabilité d’être victorieux dans les prochains tours étant incontestablement plus élevée), et une machine froide étant une machine qui vient juste de faire gagner un joueur, diminuant ainsi dans l’immédiat (et pour longtemps) les chances pour les autres de remporter un joli pactole. Or, ce raisonnement serait erroné, pour un simple et seul argument : le fameux générateur de nombres aléatoires, également connu sous le petit diminutif de RNG (Random Number Generator)… dont les résultats sont, rappelons-le, toujours imprévisibles. Deux jackpots peuvent ainsi être décrochés dans un laps de temps relativement court, ou au contraire un jackpot peut s’éterniser pendant des mois avant d’être gagné. Petite exception : les machines à sous progressives, dont le jackpot gonfle avec les mises jusqu’à ce qu’il soit remporté.

Une machine à sous fonctionne selon un cycle bien défini…

Pour certains, les bandits manchots suivraient des séquences logiques de symboles. Des cycles qui reviendraient régulièrement, selon un schéma bien déterminé : une fois ce fonctionnement analysé et compris, un joueur pourrait alors battre la machine à sous. Là encore, le fameux RNG arrive à la rescousse, puisqu’en générant des millions de combinaisons possibles par seconde, il exclut d’emblée toute possibilité de déterminer à l’avance quel sera le résultat (et quand bien même il le pourrait, le joueur devrait être plus rapide que l’ordinateur et appuyer au millième de seconde près… ce qui est totalement improbable). Et comme il existe quasiment autant de modèles que de machines à sous… les réduire à un mode et cycle de fonctionnement paraît complètement fantasmagorique.

Le taux de redistribution varie dans la journée

Soyons clair : les taux de redistribution des machines à sous sont préfixés par le « constructeur ». Un casino en ligne digne de ce nom ne peut donc absolument pas modifier cette donnée, en fonction d’une heure d’affluence particulière, d’un jour de la semaine… ou de tout autre critère. Aucun contrôle n’est donc exercé sur un quelconque taux et/ou jackpot (qui tombe de manière totalement aléatoire). En matière de taux de reversement, la seule astuce consiste ainsi à choisir sa machine à sous selon l’importance de celui-ci, car il est évident qu’un taux à 95% sera moins généreux qu’un taux à 99%… Enfin, sachez que les États réglementent et contrôlent régulièrement ce taux de redistribution (qui doit afficher un pourcentage minimum, fixé par le gouvernement… libre aux casinos en ligne d’offrir ensuite plus).

Jouer pendant longtemps sur la même machine à sous augmente mes chances de gagner

Là encore, pas d’espoirs permis : la probabilité de remporter le jackpot est la même pour un joueur qui vient de lancer sa première partie sur un bandit manchot que pour celui qui vient d’enfiler des dizaines de parties d’affilée. C’est triste, mais c’est la stricte vérité : le jackpot pourra vous échapper après des milliers de tours joués, au profit d’un nouveau joueur qui en est seulement à son premier tour de chauffe ! La possibilité de remporter un prix juteux étant basée sur des millions de combinaisons et de tours de jeu, vous n’avez donc rien à envisager, à moins de monopoliser la machine à sous pendant un millier d’heures et des centaines de milliers de parties (et encore, cela ne vous garantit rien !)… ce qui est évidemment improbable physiquement et financièrement parlant. Conclusion : n’espérez jamais qu’en jouant jusqu’au bout de vos limites, vous aurez davantage de chances de gagner.

Plus je mise, plus je gagne

C’est injustifié sur une machine à sous classique, dont les résultats restent totalement aléatoires et certainement pas conditionnés en fonction du nombre de pièces/lignes de paiement/valeurs jouées. Par contre, sur une machine à sous progressive, il faut souvent miser le maximum (la touche « bet max » étant d’un grand secours…) pour pouvoir espérer toucher le jackpot. Car la plupart des bandits manchots ne permettent pas à un joueur de décrocher leur jackpot progressif si celui-ci n’a pas misé le nombre maximal de pièces et de lignes de paiement, sans oublier la valeur faciale…

Pour résumer la situation, en matière de machines à sous, un seul facteur entre donc en compte : la chance ! Et si vous pouvez, par de petites astuces, optimiser vos chances de gagner, n’espérez en aucun cas pouvoir d’une manière ou d’une autre influencer le mode opératoire d’un bandit manchot…

Avis des Joueurs